Le phénomène EUPHORIA; une euphorie éphémère?

Surfant sur la vague du succès depuis 2019, la série Euphoria a battu un record d’audience depuis le final de la deuxième saison, diffusé le 27 Février. A vrai dire, ce fut tellement un véritable carton d’audience du fait de l’affluence des abonnés pour le visionner que cela a même entraîné un crash des serveurs de HBO Max.

Intitulé Le Théâtre et son double partie 2, le final a porté la série à la deuxième place des programmes les plus regardés sur HBO après Game of Thrones. Mieux que Sex and the City, autre série à succès de HBO!

Mais parlons un peu de cette intrigue où derrière se cachent bien des lubies et autres tendances fantaisistes qui, certaines ont fait place à une mode, et d’autres, continuent de mener au chaos aux Etats Unis…

Car avant même son lancement, Euphoria était taillée pour choquer les bons pères de famille. La chaîne HBO, pourtant réputée pour son impudicité, était même intervenue pour calmer les ardeurs de Sam Levinson, producteur de la série.

En effet, jamais avare en violence ou en nudité, la série assume son côté provocant, au point de hisser certains personnages au rang d’objet. Sauf qu’à ceux qui espéraient le voir s’assagir, Sam Levinson répond toujours par une surenchère de sexe, de drogues et de brutalité… 

Mais, en tant que téléspectateur, à quel point peut-il être difficile de distinguer la fiction de la réalité? La série a pris une certaine ampleur et influencé bon nombre d’adolescents qu’à la fin du mois de Janvier, l’euphorie a pris le dessus sur une adolescente de 16 ans qui a trouvé la mort après avoir ingéré une grande quantité de drogues, pour faire comme Rue, le personnage principal de la série, porté par Zendaya. Depuis, l’association D.A.R.E (Drug Abuse Resistance Education) a pris part et accuse le réalisateur de glorifier les consommations de drogues et surtout, le sexe et la nudité à outrance. D’où cette question : D’où provient cette addiction pour une série que le monde entier regarde religieusement ?

Un portrait générationnel et des excès en tous genres

Dès les premières minutes du pilote de la série, on est emporté par le décor, la musique, et l’intensité des événements. Chaque personnage a ses névroses et ses traumatismes, une souffrance folle et à vif en quête absolue de vie.

En effet, la série dépeint le prisme de Rue Bennett, lycéenne de 17 ans tout juste sortie de cure de désintox, et cette dernière se lie d’amitié avec Jules Vaughn, jeune fille trans aussi douce que téméraire.

275209671_376929077772265_3185641044694513377_n

En tant que narratrice, Rue témoigne des déboires que vit son entourage : La relation abusive qu’entretient Maddie Perez avec son petit ami violent; Nate Jacobs, Cassie Howard; victime de sa réputation de fille facile et manipulable, Kat Hernandez, qui découvre sa sexualité, et Lexi Howard; petite soeur de Cassie et amie d’enfance de Rue.

gals

Ce qui intrigue ici, c’est le choix de Rue comme narratrice. Car Euphoria donne une voix concrète et bouleversante aux personnes toxicomanes et dépressives, qui semblent ne pas avoir de limites pour inexorablement chercher à se détruire. Sam Levinson joue avec le corps, le cœur, et l’âme de son personnage principal, et il est clair que la série est tout sauf une série adolescente de plus…Elle est destinée à un public averti, à sensibiliser la génération Z, née à l’ère du numérique, avec le porno accessible, et les réseaux sociaux hyper sexualisés…Mais pas que ! Toutes les générations se trouvent concernées, ceux qui se voient comme des êtres humains qui ont vécu des choses difficiles, et qui ont surmonté, ou continuent de surmonter leurs problèmes.

Une identité visuelle innovante

Outre ses personnages et son scénario sulfureux, Euphoria a une patte visuelle très particulière. Vous pouvez prendre un seul cliché et la reconnaître immédiatement , à cause du décor, des couleurs, du mouvement de la caméra et des tenues.

Elle est à la fois sombre et colorée, brillante et froide…a une symbolique propre à elle.

La couleur rouge est souvent utilisée dans les scènes de violence et de passion, mais aussi dans les moments intenses en émotions. Quant au bleu, il est représenté dans les phases d’anxiété et de solitude. Le violet, couleur qui revient toujours, représente ainsi la fusion du rouge et du bleu,où les personnages sont dans leur phase d“Euphorie", cette sensation d’extrême bien-être et d’allégresse…où on a l’impression de posséder le monde.

Les paillettes prennent également une place majeure dans l’identité d’Euphoria, remarquées tout aussi bien dans les lumières de la nuit que dans le maquillage des actrices. Au point de déclencher une tendance stylistique auprès des modeuses.

https___hypebeast.com_wp-content_blogs.dir_6_files_2019_08_recreate-euphoria-characters-looks-jules-maddie-rue-kat-hunter-schafer-zendaya-barbie-ferreira-0

Le maquillage; acteur phare de la série

Le site e-commerce “Love the Sales" rapporte que les recherches d’articles portés par les personnages de la série ont connu une envolée spectaculaire dès le premier épisode de la série. Les petites robes, les talons à lacets, les juste au corps…tous ont produit leur petit effet sur les fashionistas, en introduisant une nouvelle mode que l’on aperçoit notamment sur TikTok. En effet, les internautes se sont amusés à reproduire l’Euphoria high school challenge, reprenant l’un des codes du show. 

Le défi consiste à se filmer vêtu de vêtements classiques en faisant semblant de sortir de chez soi pour aller au lycée. La tagline du challenge apparaît alors :"When u r on the way to school but you forget u go to euphoria high”, comprenez: “Quand tu es en chemin pour aller au lycée mais tu as oublié que tu allais à celui d'euphoria”. S’ensuit une transformation en un personnage de la série , et donc de s’habiller d’une manière glam et sexy, en étant ultra-maquillé. Et cela donne des transformations aussi drôles que fascinantes. Mais ceci n’est rien comparé à la révélation de la série et qui tient le premier rôle.

e1

En effet, rarement une fiction aura eu autant d’impact sur les tendances maquillage dans la vraie vie. Des fleurs dessinées sur les tempes, des motifs graphiques qui encadrent le regard, des strass sous les yeux…Autant de looks s’emparant de la rue et des podiums.

Selon Alexa Demie, qui incarne Maddy, les mises en beauté excessives sont comme une armure, un outil pour se protéger des souffrances émotionnelles. Et pour la GenZ, ceci a mis place à une forme d’expression, par le maquillage et les ongles artistiques, telle une œuvre d’art. 

270dfcf443d4a4806f4ae8d932f8f405

Euphoria; créatrice de tendances

Chaque personnage a son propre style vestimentaire, et d’une manière plus ou moins déroutante, chaque style nous plonge dans une nostalgie des années 90 et des vêtements vintage.

Capable d’intensifier les histoires de chaque personnage, le stylisme est un facteur clé du succès de la série. Car chacun voit son caractère se développer et s’intensifier au fil des épisodes, et c’est tout naturellement que cette évolution s’accompagne d’une garde-robe suivant la thématique.

sydney-sweeney-1

Selon Heidi Bivens, journaliste reconvertie en styliste, “réussir à raconter l’histoire à travers des costumes est important car la mode est au service des personnages”.

La styliste confie avoir changé sévèrement de méthode entre la saison 1 et 2. Contrairement à la première saison où la mode était le plus réaliste possible, dans la deuxième saison, elle s’est autorisée à prendre plus de libertés et à introduire des pièces couture, pour la touche plus fantaisiste. On citera entre autres la jupe corset Orseund Iris portée par Jules, le veston Jean Paul Gaultier vintage repéré sur Rue, les souliers Prada de Cassie, la robe imprimé coeurs Miu Miu de Lexi, et le top vert de Jacquemus porté par Maddy. Une mode osée donc qui nous incite à tenter la case “too much” plutôt que de s’en éloigner. 

A quoi peut-on s’attendre désormais ? Face à l’engouement que suscite la série, faisant d’elle la fiction la plus tweetée de la décennie ( plus de 34 millions de tweets, rien qu’aux Etats Unis) et surtout le renouvellement d’une troisième saison, nul doute qu’Euphoria est partie pour construire une solide communauté et enivrer le monde entier.

Share on :